Cette question est si fréquemment posée quand on parle de création de site Internet (website) laisse peu de place à une réponse simple et chiffrée.

Avant tout il faut se demander ce que l’on va payer, le site seul ou ce qu’il y a autour ou ce qui correspondrait réellement au besoin du client.

Pour déterminer le coût d’un site Internet, commençons par définir les postes de dépenses.

  • Les coûts initiaux
  • Les coûts de création
  • Les coûts d’hébergement
  • Les coûts de lancement
  • Les coûts de maintenance
  • Les coûts d’animation
  • Les coûts de modifications fonctionnelles

Pour déterminer le coût d’un site Internet, commençons par définir les postes de dépenses.

  • Les coûts initiaux
  • Les coûts de création et d’hébergement
  • Les coûts de lancement
  • Les coûts de maintenance
  • Les coûts d’animation
  • Les coûts de modifications fonctionnelles

Les coûts initiaux

Ils regroupent : l’analyse de l’existant (s’il y a lieu), la définition des besoins pour aboutir au cahier des charges techniques.

Ce dernier document est un dossier exhaustif qui contient l’ensemble des éléments permettant d’établir un devis chiffré pour la réalisation du site Internet.

Cette étape peut être effectué par le client, par un prestataire externe choisi par le client ou par l’agence web.

Dans le cas de gros projet, on peut passer en management agile mais dans ce cas, l’agence web agira en régie (elle vend un certain nombre de jour de travail) sur des objectifs courts et chaque étape clé permettra de repréciser les objectifs et leur priorité.

En conclusion, cette étape peut être gratuite si l’entreprise cliente dispose des ressources internes pour le faire. C’est parfaitement réaliste sur des petits projets, mais le risque peut devenir critique sur des projets importants.

Mais attention, un cahier des charges mal rédigé pourra induire des coûts supplémentaires avant d’aboutir au projet souhaité puisque les exécutants ne feront que réaliser ce qui a été convenu dans le document.

Les coûts de création

Ces coûts regroupent de nombreux éléments parce qu’ils font appels à de nombreuses compétences et à de nombreux métiers. Ces corps de métiers devront être coordonnés pour tenir les objectifs et les délais de réalisation.

  • Administrateur Système : configuration du serveur, déploiement des services spécifiques
  • Administrateur Base de données : développement et optimisation des bases de données
  • Développeur Back Office : développement de la console d’administration des fonctionnalités, configuration des droits d’accès, connexions externes, solutions de paiement, etc.
  • Développeur Front Office : développement des fonctionnalités coté utilisateur, animations JavaScript et html5
  • Directeur artistique web : conception de la charte graphique, encadrement de la réalisation graphique
  • Infographiste : réalisation des éléments visuels, icônes, pictogrammes, illustrations, maquettes utilisées sur le site et les documents associés
  • Rédacteur web : réalisation des textes en prenant en compte les contraintes SEO
  • Intégrateur : intégration de la charte graphique, des contenus en respectant les contraintes SEO, la compatibilité des navigateurs et des supports
  • Chef de projet : encadrement des intervenants, vérifie la conformité du cahier des charges, des délais et intervient auprès du client

Le type d’hébergement dépend du projet web, il peut nécessiter un serveur dédié, virtuel ou mutualisé. Il peut nécessiter l’utilisation d’un CDN (« dans le Cloud ») dans le cas des sites à très fort trafic ou à audience internationale.

L’utilisation d’un CMS permet de réduire très fortement les coûts de développement.

Certaines plateformes proposent des solutions clés en main mais elles sont souvent très restreintes pour leur adaptation et très négatives pour le SEO ; mauvaise gestion des balises métas, code sémantique mal écrit, mauvaise gestion des liens internes et externes, etc.

La charte graphique peut être issue de thèmes ou de templates commerciaux, mais la personnalisation peut être limitée et surtout la qualité du code utilisé respecte très rarement les contraintes SEO ou le support multi-plateformes. Elle peut impacter d’important coûts cachés : mauvaise écriture du code, contenu dupliqué, arborescence mal adaptée, etc.

La rédaction des contenus est un enjeu majeur du SEO, faire appel à une ressource externe permet d’avoir un regard plus large, prenant en compte les contraintes concurrentielles, marketing et SEO.

Attention : L’utilisation de médias pour un site d’entreprise nécessite des droits en propriété intellectuelle, il faut s’assurer d’avoir les droits sur les polices de caractères, les images, les sons et les vidéos utilisées.

Les coûts de lancement et de suivi

Le site a été créé, il est en place sur le serveur d’hébergement et donc visible sur le réseau. Cependant, il faut attirer des visiteurs.

  • Webmarketeur
  • Référenceur
  • Trafic manager

Le référencement du site passe par une campagne de net linking (la stratégie de liens), la mise en place d’outils d’audits et de suivi du trafic généré.

Il ajustera les balises métas, la sémantique, le code source aux contraintes du référencement naturel.

Le site doit être déclaré aux moteurs de recherche, aux annuaires dont certains sont payants.

Pour capter la plus large audience possible, la mise en place des profils de Marques ou Produits sur les réseaux sociaux et d’une stratégie de communication permet de générer du trafic et donc des visiteurs.

L’achat de mot clés, comme une campagne Adwords permet de générer du trafic. Le webmarketeur apportera son expertise sur le choix des mots clés, la planification des campagnes, les pages à valoriser. Ce budget s’ajoute aux coûts de la campagne elle-même.

Attention : une campagne de mots clés, ne compensera jamais un mauvais SEO, elle aura un effet temporaire positif. Le coût de captation de visiteurs peut être très élevé s’il n’est pas conjoint avec un bon référencement du site Internet.

Les coûts de maintenance

La sécurité des données est un point critique ; vol des données clients, des données internes. Aucun site ne sera jamais parfaitement sécurisé, mais veiller à ce que le code soit propre et les mises à jours faites permet de diminuer considérablement les risques.

La sécurité fait intervenir :

  • Administrateur Système
  • Administrateur Base de données
  • Développeur Back Office

Ils ont en charge de sauvegarder les données du site, mettre à jour les applications et détecter puis bloquer les tentatives d’intrusion. Ainsi que d’adapter le site Internet aux modifications des outils externes (Plugins, Briques fonctionnelles, SSO,…).

Il ne faut pas oublier que tout site récoltant des données utilisateurs a des obligations imposées par la CNIL.

Le site peut contenir des données théoriquement accessibles qu’aux utilisateurs enregistrés gratuitement, via un abonnement ou par achat de produits dématérialisés, et le manque de sécurité pourrait voir ces données diffusées sur d’autres plateformes.

Attention : Plus un site offre de fonctionnalités à ses utilisateurs et plus les risques sont importants et donc plus la maintenance est nécessaire.

Les coûts d’animation et de communication

Le site internet doit vivre, il doit s’enrichir de contenus originaux et les réseaux sociaux doivent attirer de nouveaux visiteurs. C’est le rôle du :

  • Rédacteur de contenu
  • Community manager

Un site Internet qui ne s’enrichit pas de contenu sera progressivement déclassé dans les moteurs de recherche. Même si votre plateforme permet à vos utilisateurs de publier du contenu, il faudra contrôler ces ajouts et animer la communauté d’utilisateurs.

Le rédacteur de contenu vous permettra de créer des contenus uniques, originaux qui valoriseront votre entreprise ou votre marque. Cette mission peut être réalisée en interne si les ressources sont disponibles.

Les réseaux sociaux doivent être animés judicieusement en fonction de votre audience, de votre cible pour se maintenir et se développer. L’animation des réseaux sociaux peut être réalisée en interne mais une bonne connaissance des médias sociaux et des profils des visiteurs aura des résultats nettement sensibles sur votre audience. Cette animation ne se limite pas pour une communication client (B2C) mais également en gagnant en autorité et donc en réputation en participant aux Hubs, Clubs de réseaux sociaux professionnels, Blogs et Forums de référence.

Il faut lancer des communiqués de presses, des campagnes marketing pour fidéliser votre audience et conquérir de nouveaux internautes.

Il faut également suivre l’image de votre entreprise ou de votre marque, à l’extérieur du site pour veiller à votre e-réputation.

Attention : Ne parler qu’en interne ou son propre réseaux n’amène aucun nouveau client. Rester auto-centrer sur son propre réseau est un risque. De plus ne pas surveiller ce qu’on dit de vous ou de votre marque sur internet est de plus en plus dangereux. Encore faut-il savoir bien réagir sur les commentaires.

Les coûts de modifications fonctionnelles

Le site Internet doit s’enrichir de nouvelles fonctionnalités pour vos utilisateurs ou proposer de nouveaux services en ligne. Il faudra donc prévoir de développer des nouvelles fonctionnalités pour fidéliser vos utilisateurs et éviter qu’ils ne se lassent.

Si dès la conception initiale vous avez prévu une stratégie web à court et moyen termes, l’ajout de fonctionnalités sera plus aisé, et vous aurez toujours une nouveauté à communiquer à vos lecteurs, clients, partenaires…

Attention :  Envisager une refonte pour l’adapter à votre nouveau besoin peut coûter le même prix que le site initial. La rédaction d’un cahier des charges prenant en compte une évolution future peut donc vous faire économiser ce désagrément et parfois ne coûte pas plus cher au démarrage tout en étalant votre investissement au moment souhaité.

Conclusion

Cet article a permis de mettre en lumière l’ensemble de ressources nécessaires à la réalisation complète d’un site Internet et de démontrer que pour chaque besoin, il est nécessaire ce faire des choix spécifiques.

Si l’on reste donc dans l’idée du prix, le coût d’un site Internet peut aller de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers, voire de dizaines de milliers d’euros.

Une étude préalable des besoins, interne ou externe est vivement conseillée, bien plus qu’un devis, afin de déterminer les besoins réels pour que le projet soit un succès.

Dans une prochaine série d’articles, nous reviendrons sur chaque point avec une analyse comparative pour éclairer les choix possibles et mieux appréhender les risques et les coûts cachés.

Commentaires

Articles qui pourraient vous intéresser